Searchj 8 a
×
Jeroen de Flander - Speaking

Coaching Professionnel – 30 astuces pour le coaching professionnel!

Ce guide de coaching professionnel de performance, avec le modèle GROW (le modèle de coaching professionnel le plus connu), combine les meilleures astuces de coaching que j’ai recueillies au fil des années.

Read the English version of this performance coaching guide here!

La plupart des conseils de coaching professionnel que vous trouverez dans ces deux guides viennent d’un travail avec Sir John Whitmore, le parrain du coaching de performance et l’auteur du best-seller Le guide du coaching (un excellent livre, en passant).

Le coaching professionnel est formidable et j’espère que ces deux guides renforceront vos compétences de coaching et vous transformeront en un coach de haute performance !

Vous pouvez lire ce guide de coaching de performance par ordre chronologique ou aller au chapitre de votre choix :

  • Qu’est-ce que le coaching professionel de performance : une définition
  • Pourquoi le coaching professionnel pour la performance est crucial
  • 30 excellentes astuces de coaching professionnel
Coaching Professionnel - Tips from Whitmore & De Flander - Coaching Guide

Définition du Coaching Professionnel de performance

Voici une liste d’éléments importants relatif au coaching professionnel.

Une définition du coaching de performance, si vous préférez.

En connaissez-vous au moins 6 ?

1. Le coaching professionnel est un domaine relativement nouveau. Bien que Socrate ait posé certains des principes de base du coaching moderne il y a environ 2000 ans, celui-ci n’a acquis ses lettres de noblesse qu’au cours des deux dernières décennies.

2. Au cours de ces 20 dernières années, le coaching de performance a connu une ascension fulgurante en popularité. En GB, 80% des organisations font désormais appel au coaching. Quant à la Fédération Internationale de Coaching (ICF), elle enregistre chaque mois des records d’affluence.

3. A ce jour, aucune définition du coaching professionnel ne fait l’unanimité. Certaines sont assez lapidaires, d’autres plutôt originales.

4. Ma définition préférée du coaching professionnel a été formulée par Tim Gallwey, auteur de plusieurs best-sellers sur le coaching dans le sport. La voici en substance : “le coaching vise à libérer le potentiel d’une personne afin de maximiser sa performance. Il permet à la personne d’apprendre à apprendre plutôt que de lui enseigner.” 

5. Veillez à ne pas mélanger le coaching professionnel avec le counseling. Le coaching est lié au « faire », proactif et se focalise sur ce qui est conscient ou juste en dessous de la surface. Le counseling est une toute autre histoire. Il est lié à l’« être », plutôt réactif et se préoccupe des croyances fondamentales de la personne. Vous pouvez faire plus de mal que de bien si vous actionner les deux leviers en même temps.

6. Dans son article The Very Real Dangers of Executive Coaching (les vrais dangers du coaching de cadre), Harvard Business Review, Steve Berglas met en évidence les risques – et malheureusement – les dégâts engendrés par des coachs improvisés se laissant dériver vers des considérations psychanalytiques déplacées qu’ils ne peuvent gérer avec compétences.

7. Assurez-vous de ne pas commettre la même erreur. Si vous suspectez qu’un problème de mise en action relève de la thérapie, dirigez votre client vers le professionnel qui dispose des compétences nécessaires. Si vous êtes le coaché, assurez-vous que votre coach possède le profil ad hoc (la profession est désormais protégée).

8. Le coaching professionel consiste à déverrouiller les performances potentielles futures plutôt qu’à évaluer et juger les performances actuelles. Il part du principe que les individus veulent et peuvent accomplir un travail de qualité. Et si, au fond, vous ne croyez pas à cela, le coaching n’est probablement pas fait pour vous.

9. Le coaching professionnel vise moins la réussite des objectifs de performance individuel que l’élimination des obstacles qui empêchent les individus de s’engager et d’atteindre leurs objectifs personnels.

10. Le coaching de performance s’apparente à un art de manager plutôt qu’à un outil managérial d’optimisation de la planification, la délégation ou la résolution de problème. C’est une façon différente de voir les gens, une façon beaucoup plus optimiste que ce dont nous avons l’habitude, et qui se traduit par une façon différente de les traiter.

11. Il existe de nombreuses méthodes de coaching professionnel. Les meilleures vous aideront, en tant que coach, à faciliter l’apprentissage plutôt qu’à l’orienter. Les techniques de questionnement et d’écoute active sont vos principaux moyens d’y parvenir.

12. Tout le monde peut devenir coach. C’est une compétence qui ne demande que du temps et des efforts pour se développer. Il est probablement plus difficile d’abandonner l’enseignement que d’apprendre à coacher.

13. La plupart des entreprises investissent aujourd’hui dans le coaching pour améliorer les performances individuelles. Mais de plus en plus d’entreprises réalisent qu’il y a tellement plus à gagner à intégrer les objectifs personnels pour améliorer la performance globale de l’entreprise.

14. Il n’existe aucune méthode idéale pour mesurer le retour sur investissement du coaching professionnel pour les entreprises – bien que beaucoup prétendent avoir la meilleure. 

Performance du coaching professionnel = prise de conscience accrue

Nos esprits ne peuvent traiter qu’une quantité limitée d’informations en même temps. Nous avons un mécanisme dans notre cerveau qui filtre tous les signaux entrants et seuls ceux qui sont importants sont filtrés. Il serait impossible de fonctionner sans cela.

Ce processus de sélection se déroule automatiquement sans aucun effort conscient. Vous n’avez rien à faire. Vous pouvez cependant nourrir votre cerveau d’un meilleur input et influencer l’importance accordée à certains inputs. En étant conscient, ou en d’autres termes en accordant vos sens et en engageant votre cerveau, vous contrôlez la qualité de l’input que votre cerveau reçoit et l’importance qui lui est accordée.

Alors, comment la prise de conscience est-elle liée à la performance du coaching ?

Le coaching professionel vise à augmenter la performance, l’output. L’output s’intensifie quand il y a un meilleur input. Et vous améliorez l’input par la prise de conscience.

Donc, si vous pouvez aider votre coaché à augmenter la prise de conscience et ainsi se donner les moyens pour collecter un meilleur input, vous augmentez considérablement la possibilité d’intensifier l’output.

En tant que coach, vous ne pouvez pas dire à quelqu’un de devenir conscient. C’est au coaché de diriger et d’engager son cerveau par la concentration.

En posant les bonnes questions cependant, vous pouvez faciliter ce processus. Donc, pour augmenter la performance de votre coaching, vous devez toujours vérifier le changement du niveau de conscience en premier. Si rien ne se passe à ce niveau, vous aurez besoin de plus d’efforts avant de passer à autre chose.

POURQUOI COACHER POUR LA PERFORMANCE

Ceci est un paragraphe court, mais très important pour ceux qui cherchent à positionner le coaching de performance dans un contexte d’entreprise.

L’exécution de la stratégie est composée de nombreux, NOMBREUX efforts d’exécution individuels, une liste infinie de choses à faire par des personnes différentes à des moments différents.

Le coaching de performance aide ce processus en créant l’engagement nécessaire avec les personnes impliquées pour faire avancer ces actions. En d’autres termes, le coaching de performance crée de l’engagement pour que les choses soient faites. Cela est différent du conseil ou du mentorat.

Vous voulez améliorer l’exécution de la stratégie ? Boostez les compétences de coaching de vos managers.

Citation : « Les deux guerriers les plus puissants sont la patience et le temps. N’oublie pas que les grandes réalisations prennent du temps et qu’il n’y a pas de succès du jour au lendemain. » – Leo Tolstoy

30 astuces de coaching professionnel pour booster vos compétences de coaching

Enfin et surtout, une liste de 30 astuces pratiques de coaching de performance que j’ai développé avec Sir John Whitmore. Elles sont listées dans mon livre Les héros de la stratégie.

Soyez conscient qu’il n’existe pas UNE façon de coacher tous les individus dans toutes les situations possibles et inimaginables.

La liste ci-dessous demeure donc incomplète, parfois même contradictoire en apparence. Mais toutes ces astuces ont été éprouvée et vous seront utiles tout au long de votre parcours de coach.

Alors que votre pratique du coaching évolue, vos besoins d’en savoir plus se développent également. Il pourrait donc être une bonne idée de relire cette liste tous les quelques mois.

Vous constaterez, après quelques temps, que certaines astuces n’auront plus aucun mystère pour un coach de haute performance, tandis que vous poserez un regard neuf sur d’autres, vous révélant des nuances insoupçonnées.

Prêt à booster vos compétences de coaching professionnel ? C’est parti !

1. Posez des questions ouvertes
Les questions fermées (réponse ‘oui’ ou ‘non’) … ferment l’esprit. Les questions ouvertes amènent à penser par soi-même.

2. Coaching professionnel = amenez votre coaché à réfléchir
Cela l’aidera à se concentrer plus que d’ordinaire afin de fournir des réponses précises. Par exemple : « Pourriez-vous résumer en 3 gros titres la valeur ajoutée des prises de conscience et de responsabilités dans vos futures activités de coaching ?» produira plus de fruits que « Que retenez-vous des expériences de coaching précédentes ? »

3. Ne jugez pas
Les questions ouvertes appellent des réponses descriptives, non des jugements. De cette façon, vous évitez de causer de l’autocritique ou pire, de nuire à l’estime de soi de votre coaché.

4. Résistez à la question ‘Pourquoi’
Demander pourquoi laisse supposer une critique et déclenche le processus de réflexion analytique du coaché. Or, l’analyse (réflexion) et la prise de conscience (observation) sont deux processus mentaux différents qui sont pratiquement impossible à combiner. Préférez donc des questions appelant des faits, comme ‘quand’, ‘qui’, ‘quoi’, ‘où’, ‘combien’ …

5. Soyez concis

Optez pour des questions brèves et claires qui chassent l’ambiguïté. Et écoutez la réponse avant de dégainer la question suivante.

6. Suivez un parcours

Une métaphore utile pour le modèle GROW est la planification que vous pourriez faire pour un voyage important. Tout d’abord, vous commencez avec une carte qui aide votre coaché à décider où aller (l’Objectif) et à établir où il se situe actuellement (sa Réalité actuelle). Puis vous explorez les différents chemins possibles pour y parvenir (les Options), avant de prendre la route. Dernière étape, établir la Volonté, vous vous assurez que votre coaché s’engage à faire le voyage.

7. Laissez votre ‘blouse blanche’ au placard

Nul besoin d’une session de coaching formelle pour éveiller la conscience et la responsabilité de quelqu’un. En fait, la majorité du coaching a lieu sans être sollicité, le coaché ne connaissant pas le processus. L’individu coaché pensera simplement que vous étiez particulièrement serviable et attentionné.

Cela signifie que chaque conversation que vous avez devient un terrain d’essai potentiel, une expérience d’apprentissage, pour améliorer vos compétences de coaching.

8. Demandez et soyez ouvert aux feedbacks
Tout le monde apprend, même les meilleurs coachs. Donc n’hésitez pas à demander un feedback à votre coaché. Outre le gain d’apprentissage et d’expérience, vous renforcerez votre relation mutuelle et augmenterez par réciprocité sa réceptivité à vos feedbacks.

9. Définissez ses objectifs avec un questionnaire d’auto-évaluation
J’ai déjà mentionné combien il est important de commencer le processus de coaching, formel ou informel, avec une définition claire de ce que votre coaché ​​aimerait accomplir. L’utilisation d’un formulaire d’auto-évaluation y participe énormé

Il existe de nombreuses listes sur Internet, et si vous ne trouvez pas celle qui vous convient, construisez-en une. Avec 10 questions tout au plus, vous pouvez offrir à votre coaché ​​votre première valeur ajoutée.

10 Ne passez pas à côté des bonnes choses
Souvent, le coaching professionnel cherche à améliorer certaines lacunes de performance du coaché. Attention ! Je suis certain que votre coaché possède des talents. Mais sans l’attention appropriée, il est difficile d’en avoir conscience, pire encore le coaché pourrait les ajouter à la liste des comportements à changer.

Assurez-vous d’identifier ces talents et aidez votre coaché ​​à les exploiter.

C’est une excellente façon de souligner le positif et d’aider votre coaché ​​à atteindre ses objectifs plus rapidement en tirant parti des forces existantes dans le même temps.

« Gardez toujours à l’esprit que votre propre décision de réussir est plus importante que n’importe quoi d’autre »

– Abraham Lincoln

11. Coachez uniquement sur des données qui vous ont été transmises directement par votre client
Lorsque vous connaissez le coaché, vous avez probablement plus d’informations le concernant que celles qu’il vous a transmises. Vous pourriez, par exemple, avoir entendu quelque chose d’un collègue. Et je sais qu’il est tentant d’utiliser cette information, mais sachez que son utilisation aura souvent un impact négatif sur votre relation de coaching – que l’information soit correcte ou non. Alors restez fidèle à ce que vous avez directement entendu de votre coaché.

12. Creusez plus profond = devenez un coach de haute performance
La réflexion sollicitée par les questions ouvertes laisse des traces vocales et corporelles. Détectez-les : un raclement de gorge par ici, un silence par là.

Les questions qui stagnent au niveau de conscience habituel contribuent sans doute à structurer les pensées, mais pas à extraire la moelle stockée à des niveaux de conscience plus profonds.

Mais lorsque votre coaché doit réellement creuser plus profond pour trouver la réponse, une nouvelle prise de conscience est créée. Et une fois mise au jour, cet input devient conscient et facilement disponible d’utilisation pour votre coaché.

13. Coaching ou demande d’exécution ?
Le choix ou non d’une approche coaching dépend de votre situation à un moment donné. Si le timing est le critère le plus important dans une situation spécifique, par exemple en situation de crise, le fait de faire le travail vous-même ou de dire à quelqu’un exactement ce qu’il faut faire est probablement votre meilleure option.

Si c’est la qualité qui est le critère le plus important, vous obtiendrez les meilleurs résultats avec un coaching pour une conscience et une responsabilité élevées.

Si l’apprentissage et la durabilité sont cruciaux, le coaching est à nouveau votre meilleur choix.

14. Coaching de performance = avant de commencer, demandez-vous ce que vous voulez en tirer
Ne vous méprenez pas, ne vous mentez pas à vous-même non plus en prétendant être coach lorsque vous faites quelque chose de différent.

Si vous voulez enseigner, alors allez enseigner.

Si vous voulez vendre, alors allez vendre.

Mais n’utilisez pas le coaching comme moyen pour faire autre chose que pour ce à quoi il est destiné. Vous pourriez obtenir le résultat souhaité à court terme, mais il aura toujours un effet contre-productif et créera plus de problèmes à un stade ultérieur.

15. Comprendre ce qui fait vibrer les gens
Nul besoin d’être diplômé de psychologie pour commencer à coacher. Mais comme le coaching est une question d’interaction humaine, il est utile d’avoir une compréhension de base de ce qui motive les comportements humains. Si vous comprenez mieux la dynamique des personnes, vos compétences en coaching s’amélioreront.

16. Donnez des exercices à votre coaché
Cela donne à votre coaché ​​plus de temps pour collecter des données de haute qualité et endosser des responsabilités. Quant à vous, vous aurez plus de temps pour coacher véritablement et une base de départ solide pour la session suivante.

17. Déléguez certaines de vos missions de coaching professionnel
Évaluez soigneusement le temps que vous consacrez au coaching. Dans certaines situations, vous pouvez déléguer des missions de coaching à d’autres.

18. Coachez le coach
Lorsque vous déléguez une mission de coaching professionnel à quelqu’un d’autre, vous encouragez cette personne à pratiquer et à développer ses propres compétences de coaching. En retour, cela enrichit votre propre pratique puisque vous approchez le métier sous une nouvelle perspective.

Même après des années de coaching, je trouve toujours rafraîchissant et enrichissant de coacher des coaches.

19. Ne vous sentez pas coupable de donner votre avis
Ce n’est pas parce que vous avez lu quelque part qu’un coach ne devrait jamais intervenir dans le contenu, que vous ne pouvez pas donner quelques inputs parfois.

Restez juste vigilant par rapport au timing et à la méthode. Timing: lorsque vous constatez que le coaché a épuisé toutes ses ressources durant la phase d’Option du modèle GROW.
Méthode : posez la question suivante, « J’ai plus d’options et d’idées. Peut-être aimeriez-vous les entendre ? » Vous pouvez adapter la question à votre goût, mais assurez-vous qu’il est clair pour votre coaché ​​que vous sortez momentanément de votre rô

Lorsque vous proposez un input, soyez aussi bref que possible. Essayez de tout mettre dans une phrase. Vous ne voudriez pas parler pendant les 10 prochaines minutes.

Si vous avez plus d’une session avec votre coaché et connaissez bien le sujet, vous pouvez écrire vos conseils sur papier et vous laissez le temps de ressentir le ton et la franchise justes du message. Rappelez-vous de bien préciser à votre coaché que vos idées n’ont pas de prépondérance sur les siennes et qu’il lui appartient de les faire siennes au même titre que ses propres options.

20. Le coaching professionnel c’est aussi, « Quand vous ne connaissez pas la réponse, admettez-le. »
Votre relation peut pâtir d’un revirement sur une information malencontreusement avancée lors d’une précédente session alors qu’elle n’était pas étayée. Si vous ignorez un certain point, dites-le et proposez d’apporter la réponse lors de la prochaine session ou même avant.

« Le succès est la somme de petits efforts, répétés jour après jour » – Robert Collier

21. Pourquoi ne pas coacher deux personnes en même temps
L’idée de coacher deux personnes en même temps peut sembler saugrenue tant l’image du coaching semble ancrée dans le face-à-face. Pourtant, au-delà de l’a priori, la méthode présente des avantages.

J’ai constaté que coacher deux personnes à la fois peut réduire les tensions et fournir d’excellentes occasions pour des jeux de rôles.

22. Décrivez au lieu d’évaluer
Vous devriez utiliser, et encourager votre coaché ​​à utiliser, des mots descriptifs. Plus les mots et les phrases sont clairs, précis et descriptifs, moins ils ont tendance à porter la critique, et plus le coaching sera productif.

Donc, ne dites pas simplement à un conférencier que sa présentation était médiocre ou inadéquate – cela ne ferait que le rendre mal à l’aise. Il veut savoir que la présentation était clairement structurée, brève mais plutôt monotone et avec un ton trop bas pour le public.

Rappelez-vous que la description ajoute de la valeur, la critique la diminue.

23. Coachez votre patron

Vous n’irez probablement pas loin si vous dites à votre patron ce qu’il devrait faire. Mais appliquer certains principes du coaching professionnel vers les niveaux hiérarchiques supérieur peut accroître considérablement votre taux de réussite.

24. Coaching de performance = faites des vas et viens 

La méthodologie GROW offre une séquence logique et éprouvée d’étapes vous aidant à structurer les questions de votre conversation. Mais même s’il y a une séquence, vous devez aller et venir entre les différentes étapes.

Vous pourriez commencer avec un Objectif vague qui ne devient clair qu’après avoir examiné la Réalité dans certains détails. Il sera alors nécessaire de revenir en arrière et de redéfinir l’Objectif plus précisément avant de passer aux Options. Même un Objectif clairement défini peut s’avérer erroné ou inapproprié une fois que la Réalité est claire.

De même, lors de l’énumération des Options, il est important de vérifier si elles permettent de progresser vers l’Objectif souhaité ou non.

Et enfin, avant de renforcer la Volonté, il est crucial de vérifier que le plan d’action, une fois réalisé, atteint l’Objectif.

25. Ne préparez pas trop une session de coaching
Trop de préparation paralyse votre flexibilité. Élaborez une feuille de route générale pour votre prochaine session plutôt qu’un manuel d’instructions détaillé et étape par étape.

26. Coaching de performance = développez votre intelligence émotionnelle
Elle rime avec talents de communication interpersonnelle. Vital, puisque le coaching ne repose que sur l’interaction humaine. Eduquez-vous en la matière. Soyez avide de connaissance car l’apprentissage de la communication ne connaît pas de fin. Attention toutefois. Mieux vaut vous éduquer à une démarche relationnelle qui vous sied que vous gorger de théories que vous intégrez mal.

27. Ne vous efforcez pas de tout mettre dans une seule session de coaching
Si votre coaché ​​est motivé pour la prochaine session, c’est souvent le premier signe que quelque chose de positif a été mis en mouvement.

28. Just do it
Souvent, votre coaché ​​dira quelque chose comme, « Quand j’ai démarré la présentation, j’ai commencé par une brève introduction. Puis, tout s’est bloqué.» Plutôt que de laisser votre coaché verbaliser une expérience, je trouve souvent utile de lui demander de rejouer la scène. Cela concrétise d’autant la situation et offre également une très bonne opportunité de tester certaines Options.

Si votre coaché réussit un exercice de jeu de rôle, la motivation, la confiance en soi et la courbe d’apprentissage recevront une immense impulsion.

29. Coaching de performance = donnez des feedbacks rapides et faciles
Voici une méthode de feedbacks simple mais efficace que vous pouvez utiliser tout le temps. Je l’appelle la méthode PPP, pour Plaisir-Préoccupation-Proposition. Débutez votre feedback par quelque chose qui vous a Plu, puis ajoutez votre Préoccupation et terminez par une ou plusieurs Propositions

Voici un exemple, « je suis heureux que vous ayez presque fini de lire tous ces conseils. Mais en les lisant seulement, je crains que cela ne renforce pas vos compétences en coaching de performance car il est plus important de les mettre réellement en pratique.

Ainsi, je vous propose de choisir trois conseils parmi vos préférés et de réfléchir à la meilleure façon de les mettre en pratique dans votre quotidien. »

30. Tout ce que votre coaché dit est important
C’est votre travail de découvrir à quel point c’est important.